Pro Tools
•Register a festival or a film
Submit film to festivals Promote for free or with Promo Packages

FILMFESTIVALS | 24/7 world wide coverage

✨✨

Enjoy the best of both worlds: Portal with Film & Fest News and Social network for the festival community.  

Since 1995 we enjoy connecting films to festivals and document the world of festivals worldwide.
We offer the most comprehensive festival directory of 7 000 festivals, browse festival blogs, film blogs...and promote yourself.

The website is currently being redesigned, we will surprise you very soon.

User login

carthage


Journées Cinématographiques de Carthage du 25 octobre au 1er novembre 2008


feed

Des films d’auteur de masse

Certes, durant la décennie précédente, le cinéma tunisien avait déjà brillé au niveau festivalier international avec plusieurs films dont "Sejnane" (1974) et "Aziza" (1980) d’Abdelatif Ben Ammar, "Les Ambassadeurs" (1976)de Naceur Ktari, "Soleil des hyènes" (1977) de Ridha Behi, "La Trace" (1982) de Nejia Ben Mabrouk, « L’ombre de la terre » (1982) de Taïeb Louhichi, "Traversées" (1982)de Mahmoud Ben Mahmoud, ou "Les Baliseurs du désert" (1984) de N.Khemir, tous abondamment primés dans de nombreuses manifestations.

Le miracle a été, qu’à partir de "Rih al-Sud" (L’Homme de Cendres-1986) de Nouri Bouzid, et contrairement à ce qui se passait dans la plupart des pays du Sud où les films d’auteur restent confinés dans les ghettos des salles d’Art et d’Essai ou exclusivement destinés au "prestige" des festivals étrangers, le public tunisien a fait un triomphe sans précédent aux films nationaux, (pulvérisant de loin tous les records d’audience précédemment obtenus par les films hollywoodiens ou égyptiens), même à des films "difficiles" comme "Chichkhan" de Jaïbi/Ben Mahmoud ou "Soltane el-Medina" de Moncef Dhouib, et "inventant" ainsi une catégorie cinématographique inédite, à la fois intellectuelle et populaire, celle des "films d’auteur de masse" ! Ce triomphe local a été doublé d’un triomphe extérieur avec une véritable distribution commerciale à l’échelle internationale (dépassant ainsi de loin la simple "exposition festivalière") obtenue par des films déjà "recordmen" chez eux comme "Les Silences du palais" de Moufida Tlatli, "Halfaouine" et "Un été à la Goulette" de Ferid Boughedir, (ou, plus tard à l’étranger, "Satin rouge" de Raja Amari), les auteurs de ces films se voyant également souvent honorés par une invitation à siéger dans les jurys officiels des plus grandes manifestations internationales comme Cannes, Venise et Berlin.

Si le cinéma tunisien est aujourd’hui reconnu comme l’un des plus libres, des plus inventifs, (et des plus primés !) du monde arabe, il est aussi à inscrire dans le contexte du modernisme d’un pays qui a réussi à éradiquer l’analphabétisme et où l’émancipation de la femme, décrétée dès 1956 et encore confortée ces dernières années, reste un cas unique dans le monde arabo-musulman. Le statut la femme est certainement à l’origine de la vocation d’un grand nombre de femmes cinéastes et semble avoir changé la société en profondeur, au point que la condition de la femme est, en clair ou en filigrane, au cœur de presque tous les films, qu’ils soient réalisés par des femmes (dont tous les films sont centrés sur un personnage féminin) ou par la grande majorité des hommes.

La plupart des réalisateurs cités, quinquagénaires appartiennent à la «génération des ciné clubs» qui a précédé l’apparition de la télévision. Pour les longs-métrages, aux côtés de films de pionniers comme Kalthoum Bornaz et Fadhel Jaziri, de nouveaux noms sont apparus depuis, tels ceux de Mohamed Zran, Nidhal Chatta, Mohamed Damak, Khaled Ghorbal, Mohamed Ben Smaïl, Jilani Saadi, Naoufel Saheb Ettabaa, Nadia El Fani, Khaled Barsaoui, Mokhtar Ladjimi, Elyes Baccar, Moez Kamoun, pour les documentaires de création celui de Hichem Ben Ammar et pour les réalisateurs vivant à l’Etranger ceux d’Abdelatif Kechiche et de Kamel Cherif, lauréat chacun d’un "Lion d’Or" à Venise et pour le premier, de pas moins de 4 "Césars" pour le même film.

Aujourd’hui après une sévère décrue du public local et une désertion des salles causées, entre autres, par la généralisation de la TV satellitaire (plus 68% des foyers tunisiens en sont équipés) et du DVD, une prometteuse "génération numérique" largement auto financée vient de naître, tout aussi libérée et inventive, avec le groupe "dix courts, dix regards" et le docu-fiction "VHS-Kahloucha" et cela aux côtés de la vitalité du 35mm représentée entre autres par les films "Le Prince" de Mohamed Zran et "Khochkhach" de Selma Baccar suivis par "La Télé arrive !" de Moncef Dhouib) qui ont réussi à renouer le lien avec le public national.

User images

About carthage


Blog du Festival du Film de Carthage 2008

Tunisia



View my profile
Send me a message
gersbach.net